Logo Jelodanti Records - Pochoir Left Hand

Presse

  • Iron Pourpre-A SHAPE

    “... ..."Si A Shape est brut, il est aussi contemplatif. Ses ruades balayent tout sur leur passage, son équilibre sur un fil entre rudesse bien…rude et susurrations assied sa personnalité. Echoes, de guitares batailleuses qui laissent des traces en vocaux à la lisière du sensuel, en couple avec une rythmique capable d’investir tous les terrains, confirme. Saperlipopette, j’en perdrais ma salopette (ne me demandez pas ce que l’expression vient faire ici, il semblerait toutefois qu’elle traduise une certaine forme de bonheur auditif). ”

    Will Dum

    //

    Muzzart

    “... ..."Très disloqué, la musique d’A Shape (et les titres qui la délimitent) donne souvent l’impression d’avoir été brisée en mille morceaux puis réassemblée sans mode d’emploi : la voix peut être déclamatoire et s’appuyer sur un parterre rythmique distordu alors que la guitare avance droit devant (l’époustouflantCrave), la basse peut aussi se montrer indéboulonnable et laisser guitare, batterie et saxophone (le soprano et l’alto de Quentin Rollet intervenant sur deux titres) se fracasser les uns contre les autres (le merveilleux Lungs) et ainsi de suite. Le morceaux prennent souvent par surprise en allant exactement là où l’on ne pouvait pas penser qu’ils iraient et on se retrouve très vite égaré dans le disque. C’est bien ça qui accroche énormément : Iron Pourpre est tout le temps inattendu tout en restant parfaitement prenant. ”

    Léo Luce

    //

    Des cendres à la cave

    “... Usually people say that noise rock is nonsense. Me when i play like this, it never sounds as much structured and elaborated as noise rock, because noise rock is an organized chaos. What can happen when you mix a bit of Heliogabale (Sasha Andres), a bit of noise and some young wolves with sharp teeth then you have A Shape with our new album Iron Pourpre. Nothing better to derail the machine than to be surrounded by Antoine Cocquelet & A Shape for the mix, and the mastering by Nicolas Dick (Kill The Thill). So, our band plays noise rock. Simple as that. – A Shape ”

    Karol Kamiński

    //

    Idioteq

    “... ”

    Anonyme

    //

    Front view Magazine

    “... ”

    Anomyme

    //

    Creative Eclipse PR

    “... ..."Foisonnement sonique, dissonances coupantes, un son comme une forêt dense et grouillante, A Shape avance à l’unisson. Chaque instrument grignote l’espace sans déborder sur celui du voisin, créant cette impression permanente d’être envelopper dans une marée ondulante et bouillonnante de décibels provoquant de multiples tragédies. Un enchevêtrement, des éclairs qui traversent un amas ne manquant pas de clarté, des fractures, de la violence contenue ou qui éclate pour laisser des lambeaux de tourment et des frissons de désolation, Iron Pourpre travaille au corps et ébranle les neurones."... ”

    Xavier Sonik

    //

    Perte & Fracas

    “... "« Iron Pourpre » brûle de partout sans véritablement se consumer, sa matière semblant insensible aux flemmes, même les plus dévorantes. En direct d’un cubilot sonique." ”

    Anonyme

    //

    À découvrir absolument

  • Moonsongs-Thinking Plague

    “... C’est le micro-label franco-suisse Jelodanti, déjà responsable de fort belles rééditions d’albums de THE WORK, ULAN BATOR, GOZ OF KERMEUR ou encore Jean-Louis COSTES, qui a pris cette initiative. Moonsongs sera édité à 300 exemplaires avec une nouvelle illustration et une pochette ouvrante, le tout réalisé à la main. On y trouvera notamment la composition Moonsongs dans son mixage original de 1986 qui figurait dans Early Plague Years (et non le remix inclus en bonus de l’album In This Life sur ReR Megacorp). ”

    Anonyme

    //

    Rythmes Croisés Webzine

  • With Love, Jelodanti.-Compilation

    “... The Brian Turner Show / Order and disorder, a freeform haze of garbage guitars, shorted electronics, found detritus, collage, linear songs, sounds from strange lands. "WITH LOVE, JELODANTI"- Besoin Dead - French Disko // sTs (Petra Pied de Biche & Gros Colon) - Super Torpille Sublétale // Arrington de Dionyso - Lathecut Halilintar original first pass // on the playlist // with love to Simon Edwards Leek. ”

    Simon Edwards Leek

    //

    Loose Canon

    “... While his track “La limace” definitely sets the stage for this collection, ultimately it is the desire to do things differently and to seek the most authentic form of expression that the label does best. Here, that might be most clearly expressed lyrically on the tracks “Usually” by Philippe Petit & Black Sifichi, as well as Darling‘s raucous celebration of all things libertine, “Perfection.” The former is anything but ordinary as a helium-laced voice explains: “That’s what I used to do usually, but I no longer do it usually.” As the phrase is worked over by the speaker its meaning begins to refract, and in convoluting, it expresses the very spirit of creative experiment at the heart of this compilation–while at the same time enacting it. ”

    Iggy Pot

    //

    Live Eye Tv

    “... The Brian Turner Show / Order and disorder, a freeform haze of garbage guitars, shorted electronics, found detritus, collage, linear songs, sounds from strange lands. "WITH LOVE, JELODANTI"- BESOIN DEAD // FRENCH DISKO // on the playlist. ”

    Brian Turner

    //

    The Brian Turner Show

    “... Two hours of new cutting-edge post-punk/ punk/ alternative/ experimental/ no wave/ darkwave/ shoegaze/ psychedelia/ dreampop/ quirky pop and other assorted slices of musical excellence, with two opening oldies - presented by Simon Edwards. With the title  "SIGMA" of MURPHY // ”

    Simon Edwards

    //

    Loose Canon

    “... ”

    Josh Kelly

    //

    Flat Circle Radio Hour

    “... Two hours of new cutting-edge post-punk/ punk/ alternative/ experimental/ no wave/ darkwave/ shoegaze/ psychedelia/ dreampop/ quirky pop and other assorted slices of musical excellence, with two opening oldies - presented by Simon Edwards. "WITH LOVE, JELODANTI" // Rose Mercie – Bonfire // Darling – Perfection //  Enfance Sauvage – Tour de braise // on the playlist // with love to Simon Edwards. ”

    Simon Edwards

    //

    Loose Canon

    “... playlist KFUEL du 21/05/ et retrouvez le titre "Broken" de A shape feat. Quentin Rollet, qui apparaît sur la compilation "With love, jelodanti" // Un grand merci à KFUEL et Don Lurie // ”

    Don Lurie

    //

    kfuel.org

    “... “...With Love, Jelodanti se révélant être une vraie mine d’or et surtout réussissant son pari de nous faire partager, quoi qu’il arrive et quels que soient nos goûts personnels en matière de musiques, toutes sortes d’incongruités et de bizarreries...” ”

    Hazam

    //

    Instant Bullshit

  • L'aventure Complète de George Gallamus-SEC

    “... Aventureux? Je veux mon n’veu, rien que l’intitulé de ce nouvel essai le laisse présager. Mais c’est le contenu, cinglé-cinglant, pas fait pour et par des glands, qui illustre le mieux la démarche, plurielle et “unissante”, du projet. ”

    Will Dum

    //

    Muzzart

    “... Comparing L'aventure complète de George Gallamus to Sec’s earlier efforts, it is obvious that the musicians have worked much harder to come up with this work of art. The music is not only well played but also recorded professionally. The vocals, often performed together by the two musicians, are exceptional too. Of course this is not a regular song based album and therefore might not be to everyone’s taste. It would be nice to have also an edited version without the narration between the song parts, but that’s certainly out of the question. Collectors should grab a copy of the double vinyl album and enjoy the album as much as they should the bonus tribute CD which was a nice and unexpected surprise. ”

    //

    Disagreement

    “... Issu de Colomiers, cité dortoir en périphérie toulousaine, le binôme basse-batterie SEC s’est toujours débrouillé tout seul. Une foi en l’idéologie do it yourself qui se manifeste dans l’action. Sans le moindre moyen financier, Jules et Xavier réussissent à déplacer des montagnes et jouent partout.. ”

    Polka B

    //

    Karton Zine

    “... Car SEC est incapable de se contenter de proposer des morceaux aux structures classiques, ici, elles sont complexes, fourmillent d’une myriade de détails et n’ont absolument aucune limite stylistique, aucun interdit artistique. Une pont de batterie de 4 minutes? C’est possible. Des choeurs style chants d’églises? C’est possible. Des samples de bruits de pas dans la forêt? C’est possible. Des passages éthérés à la Kusturica? C’est possible. ”

    Boris

    //

    Core and Co

    “... "L'aventure Complète de George Gallamus, ce n’est donc pas une simple succession de morceaux. C’est, comme son nom l’indique, une véritable aventure qui se vit de manière complète, une oeuvre monolithique, un chaos ordonné et logique dans sa folie." "SEC est incapable de se contenter de proposer des morceaux aux structures classiques, ici, elles sont complexes, fourmillent d’une myriade de détails et n’ont absolument aucune limite stylistique, aucun interdit artistique." ”

    Boris

    //

    Core and Co

  • Le Corps du Triste-CHRUCH

    “... Welcome to the mysterious world of Chruch. A one-off project initiated by the Swiss artist Augustin Rebetezand drummer/multi-instrumentalist Pascal Lopinat, in collaboration with the Norwegian vocalist Ida Friisand sound artist/multi-instrumentalist Pia Achternkamp, the group is readying their Le Corps du Triste LP for release on October 1st via Jelodanti Records. Viewed as a singular effort by the collective, the label reports that Chruch will not be playing any live events for the release and that it doesn’t even view itself as a band. With these temporary parameters providing a nebulous structure for the participants, the quartet is free to explore very peculiar sonic territories. Minimalist in nature and often built around searing drones and proto-rhythmic structures, the real crux of these compositions involve the uncanny vocal contributions of Ida Friis and Augustin Rebetez. For instance, on “Aux couteaux” Friis’ sibylline delivery can be at once unnerving and strangely soothing as a cold wind, while on “Mourir en paix (nakalatch)” Rebetez’s spoken vocals have the gravel and growl of a man demonically possessed. In typically Chruch fashion, the visuals for “Aux couteaux” are as puzzling as the track itself. Using dream-like imagery, the video’s female protagonists seem to invoke the witches of the Scheulte. Suffused in an inscrutable symbology, we watch as they perform ritualized gestures and actions that seem to flow from somewhere deep in the subconscious. Below, you can watch the video for “Aux couteaux” and stream the track “Mourir en paix (nakalatch).” In addition, pre-orders for Le Corps du Triste are available thru Jelodanti Records’ Bandcamp page. As with all offerings from the label, the album is being issued in a limited edition gatefold version complete with hand-stamped art and Jelodanti’s DIY attention to graphic detail. Not to be missed! ”

    Iggy Pot

    //

    Live Eye Tv

    “... Encore une belle découverte grâce au label Jelodanti. CHRUCH, c’est Augustin Rebetez, Pascal Lopinat, Ida Friis et Pia Achternkamp. Une très belle utilisation des saturations. Le mix est très réussi. ”

    David Fenech

    //

    David F Presents

    “... Plus près de nous, on pourrait citer l’art du Jurassien Augustin Rebetez, et plus particulièrement sa part musicale, telle qu’on peut la découvrir dans Chruch, le projet qu’il mène avec Pascal Lopinat. Regardez et écoutez ci-après «Aux couteaux», extrait de leur album Le Corps du triste (Jelodanti, 2019). L’anagramme et le calembour indiquent une posture ironique; le son et l’image cultivent des teintes blafardes, comme entraperçues à travers un mur semi-permanent: il y a là du fantôme de fête froide. ”

    Philippe Simon

    //

    blogs.letemps.ch

  • La Vie Tue-Jean-Louis Costes

    “... La vie tue, qui sort en vinyl chez Jelodanti Records, est un album de 12 titres formidable, dissonant, maladroit, salace et d’une intelligence forcenée. Jean-Louis Costes y affiche, avec l’économie de moyens musicaux et vocaux qui le caractérise, une forme éblouissante et une envie d’en découdre avec son époque intacte et aussi déterminée que dans ses écrits. ”

    Benjamin Berton

    //

    SUN Burns out

    “... Costes pratique la politique de la terre brûlée. Tout ce qu’on peut écouter après lui est rendu dérisoire et plus léger que l’air. C’est à cela aussi qu’on reconnaît les disques importants. Ils ne font pas forcément plaisir mais remplacent tous les autres. La Vie Tue est un disque majeur, con et brillant, régressif et décisif, un disque politique et à sa manière plus œcuménique et fédérateur que tous les discours de réconciliation nationale. ”

    Benjamin Berton

    //

    Costes Chroniques

    “... Qui n’a jamais vu Jean Louis Costes sur scène ne peut même pas imaginer ce que ça peut donner (l’équivalent pour adultes du « soulier magique » de Chantal Goya ? Non! ). Il vient de sortir ce mois ci un très beau LP chez Jelodanti. C’est une sélection de chansons, plus mélodiques qu’à l’habitude. Et une reprise de « La Coco » de Frehel. Et comme souvent chez Jelodanti : les pochettes sont toutes uniques, faites à la main avec de beaux tampons argentés. ”

    David Fenech

    //

    Divid F Presents

  • Rose Calamine-LadyBoy

    “... While LadyBoy’s 2015 self-titled LP out on the indie label Microcultures found the band following a more acoustic-driven, chamber-pop approach, “Rose Calamine” builds on that blueprint by adding electronic elements via keyboard, sequencer, and Thomas Bloch’s Ondes Martenot. The band’s ability to blend these varied paths makes for an album full of mysterious surprises, while Hazemann’s vocal performance smolders with an unforgettable dramatic intimacy. ”

    Iggy Pot

    //

    LIVE EYE TV

    “... Depuis qu’il a opéré sa mue musicale, Olivier Hazemann se cache derrière l’alter ego Ladyboy. Il nous gratifie aujourd’hui d’un très réussi second album Rose Calamine, tout en clairs-obscurs : des morceaux à la limite du dancefloor et d’autre à celle de l’intimité de chambre. Un univers riche et cohérent enluminé d’ondes Martenot, d’orgue ou de la toujours subtile guitare de Seb Martel. ”

    Renaud Monfourny

    //

    blogs les Inrocks

    “... Parmi leurs 4 500 disques neufs, Julie et Caroline choisissent de soutenir plus que jamais la scène française et recommandent les nouveaux albums de SuperBravo et Maud Lübeck ainsi que Charlène Darling et Rose Calamine, du chouette label Jelodanti Records. ”

    Eric Bureau

    //

    Le Parisien

  • The Work-Compilation

    “... While punk rock might have ushered out the more gratuitous and dated aspects of prog and metal, introducing the musical world to a new generation of loud and exciting voices, post-punk would continue to offer more expanded options for reworking what rock music had become. With an eye to the more radical elements of late-60’s and early 70’s art practice, Tim Hodgkinson and The Work preserved that era’s aesthetic questioning, social consciousness, and do-it-yourself spirit, while helping to forward those agendas into a new and contemporary form of expression. Often as complex and compositionally challenging as prog could be, and at times brutal and uncompromising like early metal, The Work’s music offers an intriguing bridge by which to view how styles of the recent past updated their sound into an important new form. ”

    Iggy Pot

    //

    LIVE EYE TV

  • Ovaries-Dagger Moth & Philippe Petit

    “... Ovaries est un voyage en féminité mais aussi un voyage dans ce qui la dissimule et la contraint. On ne va pas se cacher qu’on n’a pas tout compris des paroles. Le morceau sent la tristesse et la dérive nocturne. Le saxophone zornien accompagne la première séquence, propulsant par sa plainte piquée, la beauté et la sensualité du chant dans un abîme tournoyant. La seconde séquence est plus sèche, brutale et industrielle. Elle est martiale mais tout aussi réussie. La voix est chassée du décor pour un accompagnement synthétique qui en relit la trace et en confond la brisure. Il faut attendre la dernière minute du remix pour que la lumière pointe au piano et éclaire un final magnifique. ”

    Benjamin Berton

    //

    SUN Burns out

    “... Philippe Petit’s rework of the delicate cut features saxophone from Arnaud Fournier, with Petit contributing kazooed-voices, and other extended vocal techniques, as well as electronics and organ. Traveling the outer reaches of composition, the musician has been known to use an odd array of instruments like the Electric Psalterion, Hackbrett Cymbalum, Caterpillar Drum Guitars built by Yuri Landman, turntables, computer, and synthesizer–as well as various percussive objects like stones, pieces of wood and glass. His work is often electro-acoustic in orientation, as it involves electricity/amplification to generate sound and sonic texture. In addition to collaborating with artists like Lydia Lunch, Eugene Robinson, Cosey Fanni Tutti, Stephen O’Malley, Jad Fair and more, Petit is also a journalist, musical activist, as well as the man behind the cult labels Pandemonium Rdz. and BiP_HOp. ”

    Iggy Pot

    //

    Live Eye Tv

    “... Do you want to listen to and read about all the best French music from the last couple of months? ”

    David McKenna

    //

    The Quietus

    “... Do you want to listen to and read about all the best French music from the last couple of months? OUI, of course you do. Allez tout droit for Juniore, nOx.3 & Linda Olàh, Zooey and more. Playlist with Dagger Moth & Philippe petit "Ovaries". ”

    David McKenna

    //

    The Quietus

  • Chapel in the Pines-Eugene S. Robinson & Philippe Petit

    “... "On Augur, the jangling guitar and effects (John 3:16; Petit), howls and layered vocals (Robinson and Percy Howard) make for strange partners. The record comes off like a baptism by fire, but far more cosmic, like seeing explosive floating visions. It’s electronic bluegrass with a Baptist edge that is off the rails. A fleeting pastiche, murmuring to itself at times."... ”

    TJ Norris

    //

    Tone Shift

    “... All the way through Chapel In The Pines, this juxtaposition takes place, as if the youthful-sounding Percy is some apparition, a vision of Eugene as a young man. Even if the mania of the sonic backdrop lifts — as it does a little on “Further Father” — Eugene’s whisperings give the impression of someone being lost in the woods, living on their wits, trying to stay one step ahead of whatever malevolence is or isn’t lurking in the pines, but is most likely lurking in their psyche. Philippe floods us with sensory overload as the benediction is read over and over. I guess if you say it often enough, it has to work, right? ”

    Mr Olivetti

    //

    Freq

    “... This release is a lot more abstract then the Crying of Lot 69. The musical backing is far more abrasive. The primary instrument that Philippe uses here is guitar and he doesn’t hold back with his brutal aggressive attack on the instrument as its screeches and howls out dissonances behind Eugene’s words. ”

    DB

    //

    Progress Report

    “... Ce n’est pas le premier album d’Eugène Robinson (le chanteur d’Oxbow) + Philippe Petit.. mais à l’écoute de ce morceau, il semblerait que ce soit le meilleur ! Ca sort bientôt chez Jelodanti Records. ”

    David Fenech

    //

    David F Presents

  • Rose Mercie-Rose Mercie

    “... La musique indépendante devrait, par essence, être le lieu d’une liberté artistique émancipatrice. Elle devient, au contraire, de plus en plus un espace où la norme s’impose comme une règle absolue, aussi bêtement intégrée que subie. Des musiciennes comme les Rose Mercie redonnent, avec beaucoup de candeur et d’esprit, un véritable sens à la notion même de création musicale artisanale. Depuis leur début en 2013, elles ont façonné une identité sonore singulière, qui se révèle aujourd’hui dans la très belle sortie confidentielle, et bien sûr en vinyle, de leur premier album.

    Laurent Thore

    //

    Indie Music

    “... Leur premier album, qui arrive enfin après quelques années de galère, sonne comme quelque chose de très simple et de très étudié à la fois, un mélange de fugacité et d'immédiateté qui dépasse des influences évidentes (pour aller vite, des Raincoats à Electrelane) et qui arrive à nous faire dire qu'il ne faut pas grand-chose, un geste, un accord barré un peu loupé mais gardé tel quel, un chœur un peu à côté ou un poil trop fort, pour amener ce petit plus de spontanéité (et donc de vivant) qui manquent tant aujourd'hui à une partie de la scène française dite « de marge ». ”

    Marc-Aurèle Baly

    //

    NOISEY music by Vice

    “... So many artists that use the vibrant post-punk scene in the U.K. and U.S. as their foundational inspiration do the expected, folding in contemporary influences and techniques as needed. What thrills me so much about the work of French quartet Rose Mercie is that there’s little to differentiate their work from vintage recordings by the Pop Group, Ut or The Raincoats. They’ve captured the essence of that late ‘70s/early ‘80s time so succinctly that I’m still not totally convinced that it isn’t a lost recording from the era. ”

    Robert Ham

    //

    Paste Magazine

    “... The women’s intertwining harmonies move these songs with a disarming charm, while off-kilter guitar melodies sketch hand-drawn illustrations against moody organ and minimalist drum play. On “Spring And Fall,” the warm back-and-forth modulations of a one finger bass-line wash up against a snare marking a simple backbeat. Soon, guitar and organ enter and their interplay wobbles in a tipsy embrace–echoed by the song’s idiosyncratic vocal arrangement. With voices tangling in harmony but slightly at odds, “Spring And Fall” traces the comings and goings of a love that is not always what it seems. ”

    Anita Fang

    //

    LIVE EYE TV

    “... Le premier album de Rose Mercie est un premier jet très homogène et pour le moins satisfaisant que l’on écoutera sans se lasser même si on était en droit d’attendre quelques tubes qui se démarqueraient du lot et qui auraient valu une réputation scénique à la hauteur de leur réputation de très bonnes et intelligentes musiciennes. Donc oui, la scène indie rock parisienne et féminine a aussi son mot à dire. ”

    //

    Les Oreilles Curieuses

  • Goz of Kermeur-Goz of Kermeur

    “... Face à l’embellie supposée du renouveau (industriel) du vinyle, les activistes du label Jelodanti défendent avec une énergie créatrice rare la poursuite de l’utopie (punk ?) Do It Yourself. Culturellement, le travail effectué sur la discographie du groupe suisse mythique Goz of Kermeur raconte autant la justesse d’une intention patrimoniale passionnée et parallèle que celle d’une aventure musicale unique, saisissante et prenante. Retour sur l’un des groupes indépendants les plus singuliers des fameuses années 1990.

    Laurent Thore

    //

    Indie Music

    “... Goz Of Kermeur ressurgit du passé, non pour une reformation mais pour une compilation en forme d'hommage. Parce que ce groupe était inestimable, unique et il avait grandement besoin d'être dépoussiéré, pour que les plus vieux se remémorent et les plus jeunes et les incultes découvrent un groupe qui n'a pas pris une ride. Leur musique pourrait être d'aujourd'hui, que du feu on verrait. Et pourtant, elle ne l'est pas. ”

    Xavier Sonik

    //

    Perte & Fracas

    “... Great Hits… ce double album serait donc un best of de Goz Kermeur ? Vraiment ? La tâche semble impossible à réaliser tant les trois albums de Goz Of Kermeur – un premier disque sans titre (1992), Hirondelles (1993) et Mythomane (1996) – sont tous indispensables et incontournables. ”

    Hazam

    //

    Instant Bullshit

  • Parade Dust Mischief-Attic Ted

    “... Depuis la riante cité d’Austin au Texas, Attic Ted, fabrique des masques, joue du banjo et du synthétiseur. Il incarne tour à tour des personnages aux pathologies mentales réjouissantes et variées … et ce, dans un effort désespéré pour remuer vos postérieurs d’européens qui vivent toute l’année sans voir un cheval. ”

    TINA HYPE

    //

    Enfin seule

  • Ulan Bator-Ulan Bator

    “... Quelle chance de pouvoir chroniquer un tel objet sonore et musical, plus de 20 ans après sa sortie ! Le temps n’a semble-t-il en aucune façon altéré la force de ce premier disque qui, encore aujourd’hui, affiche une matière artistique sidérante et totalement incendiaire. En février 1995, c’est bel et bien un trio qui pénétrait « La Guillotine » à Paris pour enregistrer ce brûlot incandescent, que le label indépendant Jelodanti a eu la merveilleuse idée de rééditer ces jours-ci, dans une précieuse version vinyle limitée.

    Laurent Thore

    //

    Indie Music

    “... Si Ulan Bator ne fait pas exactement partie de la même frange que Sister (sa musique a radicalement changé au fil des années), son cas est à considérer d'au moins aussi près, dans le sens où le groupe parisien pratiquait lui aussi une forme de rock dur, jusqu'au-boutiste et belliciste qui n'avait pas grand chose à voir avec les atermoiements hexagonaux de type poète maudit, troubadours des caves ou chansonniers en goguette qui pullulaient alors. On appelait ça du post-rock, le terme englobant alors plus ou moins toutes les formes de musique à guitare un peu hardie et expérimentale - vous voyez que c'était un autre espace-temps. ”

    Marc Aurele Baly

    //

    Le Drone

    “... 21 ans après sa sortie en CD sur le label de Gérard N’Guyen (Les Disques Du Soleil & De l’Acier), le chef d’oeuvre éponyme des Parisiens d’ULAN BATOR est enfin disponible en vinyle. On doit cet événement à la toute jeune maison Jelodanti, microlabel fondé par Clara Djian et Nicolas Leto, dont la passion pour le DIY transpire du gatefold sérigraphié et de la remise en images de ce magnifique album. ”

    Florian Schall

    //

    RECORDS ARE BETTER THAN PEOPLE

    “... Combining open-ended post-rock compositional structures with a caustic palette of industrial tones and driving rhythms, the band’s debut bristles with raw intensity and uncontainable angst. Witness the imposingly titled “Cheetah Carnage” below. Starting from an anguished, animal-like sonic howl, the trio quickly descends into a maelstrom of dense low-end and jagged guitar with lo-fi but strident vocals buried in the noisy mix. ”

    Iggy Pot

    //

    LIVE EYE TV

  • Rage de raison-Petra Pied de Biche

    “... En cette période de racisme ambiant (on en a marre !)… écoutons cette chanson de Petra Pied de Biche. Extrait de l’album « Rage de Raison » (2018). Les couplets de la chanson Jeu de Blanc sont composés UNIQUEMENT de phrases entendues par l’auteur de la part de personnes blanches (toujours bien intentionnées, n’est ce pas ?). ”

    David Fenech

    //

    David F Presents

  • Helvete Underground - Compilation-Helvete Underground

    “... Featuring bands like Abt 409, The Xerxes von Munshrein, Fist of Facts, Indian Feast and Copvlation, Helvete Underground’s condensed history points to a time in the ’80s when music and art conspired in the attempt to change culture. Though their tenures might have been as brief as the label’s, the bands on Jelodanti’s 2xLP offering bristle with punk’s anarchic energy while using the new and emerging electronic technologies of the day to help forge a next wave of musical history. ”

    Iggy Pot

    //

    LIVE EYE TV

    “... Helvete Underground was a Swiss post rock label from Geneva, founded in 1984 by Alain Jeanmairet. Now name is known as a Swiss Black Metal Festival however in '80 label issued 7 groups. Jelodanti set tribute compilation of 5 of them: ABT 409, Xerxes Von Munshrein, Fist of Facts, Indian Feast and COPVLATION. "Helvet Underground Records" was released as double LP in a same fashion as Ulan Bator. Hand cut, and glued. Covers of participants were glued on a cover sleeve, names were stamped. So did labels of records themselves. Also numbered by a hand and limited to 300 copies. ”

    //

    Records Book

  • "Nos paupières racornies, nos cheveux​.​"-Enfance Sauvage

    “... Ça faisait plus de vingt ans que je n’avais pas écouté un album le jour de sa sortie (PJ Harvey ? Noir Désir ?…) et quand Marianka, « basse saturée » selon les crédits de pochette, a envoyé un mail pour signaler la sortie de Nos paupières racornies, nos cheveux, je me suis précipité sur bandcamp et je l’ai écouté une, deux, trois fois d’affilée. Et depuis, il est plusieurs moments dans la journée où je chante Train fantôme : « c’est là que j’aime être, c’est là que j’veux être ». ”

    //

    Devier les trajectoires

  • Inlands-A Shape

    “... "Inlands, c'est être entre chien et loup, entre la gâchette et l'étincelle, c'est le moment où tout est possible, un intérieur inconnu de soi-même, une zone d'ombre personnelle qu'il vaudrait mieux ne pas découvrir. L'électricité générée par A Shape est aussi tranchante que nébuleuse, vous conduit en des territoires connus avant de vous laisser seul vous débrouiller dans des mondes parallèles, s'insinue en vous, vous remue, fait des ravages, des crevasses et libère une énergie dévorante en laissant une trace bleue. A Shape est planqué derrière la nuit comme un criminel." ”

    Xavier Sonik

    //

    Perte & Fracas

    “... "Das Repertoire des Quartetts reicht von gelungenen Post-Rock-Versuchen wie dem Opener bis zu Haken schlagenden Kompositionen, die bisweilen eine vielleicht ungebührlich komplizierte, arg mathematische Rhythmik aufweisen. In jedem Fall steigern solche Arrangements aber die Spannung, die man beim Lauschen verspürt." ”

    Andreas Schiffmann

    //

    musikreviews.de